exemples de mesures de conservation préventive

Photographie réhaussée de gouache et de craie
contrecollée sur bois.
1972

Face de l’œuvre après traitement.


Conception de l’enveloppe protectrice sur mesure.

Ce premier exemple est celui d’une œuvre contemporaine régulièrement présentée lors de diverses expositions. Cette photographie ré-haussée de gouache et de craie contrecollée sur bois a dans un premier temps nécessité un traitement de conservation-restauration (cf. exemples de restaurations d’œuvres peintes – œuvres du XXe siècle).
En effet, cette pièce comportait de nombreuses altérations situées principalement sur la zone périphérique : de très nombreuses traces de doigts ayant provoqué un jaunissement voir un brunissement de cette zone, des éraflures, des décollements, arrachements et déchirures du papier photographique, des taches et traces de natures diverses, un arrachement du papier de bordage, etc.

Détail d’une zone altérée par les manipulations. Après et avant traitement.

L’ensemble de ces altérations avaient deux causes principales: la manipulation et le stockage. L’absence de cadre ou de poignée exigeait que lors de la prise en main de cette pièce encombrante (1, 72 de haut sur 1, 22 de large pour la partie basse) les doigts soient en contact direct avec la surface sensible. D’autre part, l’inexistence d’un emballage adapté ne permettait pas un bon stockage en dehors des périodes d’exposition.

Ainsi, à la suite des interventions de restauration cette œuvre a également fait l’objet d’un traitement de conservation préventive. Il fallait impérativement concevoir d’une part un système pour l’accrochage et la manipulation et d’autre part une enveloppe protectrice adaptée pour le transport et le stockage. Ces éléments pourraient ainsi prévenir d’éventuelles futures altérations de même nature que celles que la pièce présentait au départ.

Pour l’accrochage et la manipulation, un système de poignées articulées et des œillets triangulaires ont été placés sur le revers de l’œuvre. Ces poignées qui se bloquent en position horizontale permettent de saisir l’œuvre , de la transporter jusqu’à la cimaise et de la hisser pour la mise en place des œillets sur les pitons. Une fois la pièce en place, les poignées se rabattent derrière le panneau. Ce système permet donc d’éviter tout contact avec la surface de l’œuvre.

Pour le stockage et le transport, une enveloppe protectrice en mousse a été réalisée sur mesure . Cette enveloppe est composée de mousse de polyéthylène rigide, chimiquement neutre et inerte, dont la partie intérieure a été découpée à la forme de la pièce. La partie destinée à être en contact avec la surface sensible de l’œuvre a été recouverte d’un matériau non abrasif chimiquement neutre et inerte. Une fois l’enveloppe fermée l’objet est totalement protégé.

Revers de l’œuvre après le traitement et la mise en place d’un système pour l’accrochage et la manipulation.

Détail des préconisations de manipulation accompagnant l’œuvre.

Enveloppe protectrice avant la mise en place de l’œuvre.

Enveloppe protectrice avant la mise en place de l’œuvre.

L’œuvre placée dans son enveloppe protectrice.

L’œuvre placée dans son enveloppe protectrice.

Enveloppe protectrice finale avec couvercle.

Enveloppe protectrice finale avec couvercle.

Autre exemple : Une technique de montage en tant que traitement de conservation préventive

Technique mixte sur photographie
1970-75
1972

Face de l’œuvre.

Revers de l’œuvre en lumière rasante.

Oeuvre mise en place sur sa structure de montage. Vue du revers

Ce deuxième exemple est celui d’une œuvre qui nécessitait une technique de montage spécifique. Certaines œuvres (notamment les œuvres peintes sur papier) présentent des déformations liées à l’intervention graphique ou picturale de l’artiste. Ces défauts de planéité, inhérents à la création et plus ou moins importants, contribuent de manière indéniable à l’expressivité de la pièce et parfois même à son sens. Cependant en terme de montage ces défauts de planéité sont problématiques et les techniques traditionnelles ne permettent généralement pas de les conserver.
L’œuvre présentée ici, comportait ce genre de déformation et n’avait jamais été montée dans un encadrement quel qu’il soit. Son caractère tri-dimensionnel prononcé était notamment du à la mixité des composantes (photographiques, graphiques et picturales). Composée d’une épreuve argentique sur papier baryté sur laquelle l’artiste a peint, dessiné et presque gravé avec diverses matières (peinture à l’huile, encre, pastel gras, pierre noire, vernis), la pièce présentait une forme qui était la conséquence ou le fruit du travail plastique.

Elle nécessitait ainsi une technique de montage spécifique afin d’être conservée.
Cette technique à concevoir apparaissait alors comme un traitement de conservation préventive. Elle devait permettre la conservation de la forme spécifique de l’œuvre et éviter ainsi que les zones non planes soient contraintes ou remises à plat ce qui aurait pu générer des tensions internes , causes de phénomènes de dégradation.

1- L’oeuvre vue de 3/4.2- Schématisation de l’impact de la couche picturale.3-Modélisation du support destinée à son montage.

1- L’œuvre vue de 3/4. 2- Schématisation de l’impact de la couche picturale. 3-Modélisation du support destinée à son montage.

Le système mis au point se présentait sous la forme d’un support en carton permanent (neutre et inerte chimiquement) modelé à la forme de l’œuvre. Ce support comportait sur sa périphérie des pattes en film de polypropylène transparent qui assuraient le maintien de la feuille (les bords de la feuille y étant inserrés).
Les éléments transversaux du support assuraient le lien avec le fond de l’encadrement évitant ainsi une fixation directe de l’œuvre sur ce fond.

Ce système a donc permis le montage de l’œuvre sans contrainte, sans modification aucune de sa matérialité et sans risque d’altérer son intégrité physique ou esthétique à court ou à long terme. Les risques de développement de phénomènes de dégradations engendrés par une technique de montage non adaptée étant écartés, le but du traitement de conservation préventive a donc bien été atteint.

Face avantFace arrière

Vues du montage final et de l’encadrement.